Posts Tagged “vidéo”

Whouaa, un seul article pour un pays ! C’est gonflé pensez-vous, sachant que j’ai l’habitude de faire un article par ville. Sauf que là, mon séjour au pays des kiwis a été assez bref. Huit jours. Ce n’était pas prévu comme ça au début, mais pour une histoire de date de billets d’avion je n’ai pas pu faire autrement.

Une semaine ça veut dire faire des choix et être très sélectif. Après moult réflexions et hésitations, je me suis concentré sur l’ile du sud et plus exactement la région, au sens large, de Queenstown. Quant au moyen de transport, j’avais d’abord opté pour la location de voiture mais au dernier moment, j’ai changé d’avis et pris un pass en bus. Parce que, ça correspondait grosso modo à mon itinéraire puis c’était plus économique et enfin plus confortable. Je pouvais admirer à loisir le paysage sans me poser des questions sur la direction à prendre.

Mon itinéraire a été le suivant : Christchurch, Tekapo, Queenstown, Milford Sound, Te Anau et Queenstown.

Je passe vite sur Christchurch car c’est une ville sans grand intérêt et même sa cathédrale est assez décevante. J’appelle plutôt çà une église de village…

P1050011 P1050012

Tekapo, Te Anau et surtout Milford Sound sont la représentation par excellence de ce qui fait la réputation de la Nouvelle Zélande : nature préservée, faune et flore uniques, superbes paysages propices à la contemplation et présence humaine très limité.

Lac Tekapo (83 km ² , 700 mètres d’altitude)

P1050017 P1050022 P1050051 P1050074 P1050109 P1050124

Te Anau et son lac (2è plus grand du pays, 344 km ²)

P1050394 P1050409 P1050403 P1050410 P1050418

Sur la route de Milford

P1050183 P1050189 P1050198 P1050212 P1050222 P1050231

Le fjord de Milford Sound, visité en bateau.

P1050264 P1050296 P1050299 P1050300 P1050307 P1050311

P1050321 P1050335

P1050347 P1050386

Enfin Queenstown. J’ai tout de suite aimé cette petite ville, qui est une station de sport d’hiver assez courue. Est-ce son lac, son parc ou son aspect petit village qui la rendent si plaisante ? Un mélange de tout ça sans doute. Par contre, en hors saison comme en ce moment, les activités sont très réduites et couteuses et, à part la marche, on n’a pas grand chose à faire.

P1050133 P1050140 P1050147 P1050167 P1050430 P1050432 P1050433 P1050465 P1050479

Comments Pas de commentaire »

6h00 du matin. Un mini-bus, une guide, 21 voyageurs et c’est parti pour 3 jours d’excursions à Kings Canyon, Kata Tjuta et évidemment Uluru, THE Rock ! Dans mon petit sac à dos, quelques affaires de rechange, une mini trousse de toilette et un sac de couchage car nous allons dormir à la belle étoile.

Les 3 sites sont « relativement » proches les uns des autres mais depuis Alice Springs, il faut faire une longue route de 450 km dans le désert. Pas si désert que ça entre parenthèse. Faune et flore ont élues domicile dans ce milieu quelque peu inhospitalier. Arbres, arbustes, oiseaux, mammifères, serpents, araignées, mouches etc partagent cette terre avec les aborigènes depuis des… lustres. J’aime tous ces végétaux et ces animaux sauf un : les mouches ! Bordel, ces mouches-ci, je ne sais pas ce qu’elles ont mais elles vous collent par dizaine, tentent de pénétrer par effraction dans vos narines, dans vos oreilles, dans votre bouche dès que vous parlez. Un coup de main pour les effrayer ? Que dalle, elles restent collées sur votre visage. Faut donc bouger sans arrêt, remuer devant votre visage une casquette ou un chandail en permanence pour éviter qu’elles ne se posent. Ou alors faut être Parkinsonien… Ces mouches seront donc le 22è voyageur, plutôt encombrant, de ces 3 jours. Heureusement pour nous, de temps en temps, elles disparaitront mais pour mieux revenir nous importuner alors que nous pensions les avoir semées.

Watarrka (ou Kings Canyon) sera la première et seule visite de la journée. Comme son nom l’indique, ce site est un ensemble de falaises, hautes d’une centaine de mètres. Nous empruntons un sentier et entamons une chouette balade parmi des gros rochers de couleur rouge avant de monter vers les sommets du canyon jusqu’au Jardin d’Eden, petite oasis de verdure.

P1040643 P1040648 P1040652 P1040678

P1040685 P1040688 P1040695 P1040696

Nous accélérons le pas car Sasha, la guide, veut que nous ramassions du bois pour faire le feu de camp de ce soir. Cette corvée accomplie, nous établissons le camp dans le bush. Nous déroulons les swags (genre de matelas de sol couvert dans lequel on peut se glisser avec notre sac de couchage), déballons les bières et attendons que Sasha ait fini de préparer le repas, que j’aurai vite fait d’oublier… Mais passer la nuit à la belle étoile sous la voie lactée dans le désert australien est une expérience qui, elle, restera gravée dans ma mémoire.

P1040706 P1040711P1040702

Le lendemain matin, après un petit déjeuner rapide, nous prenons la route pour Kata Tjuta (ou monts Olgas) à 30 kilomètres d’Uluru. C’est un ensemble de rochers arrondis qui forme des petites vallées et gorges. Le plus haut de ces rochers, le Mont Olga, mesure 546 mètres de haut soit 200 mètres de plus qu’Uluru. Kata Tjuta signifie « beaucoup de tête » et est un site sacré pour les aborigènes, tout comme Uluru. En pratique cela signifie que certaines zones ne doivent pas être approchées ou photographiées. Sasha nous raconte que, selon une légende, Kata Tjuta et Uluru auraient été crées par deux enfants géants, qui s’ennuyant, auraient joué avec des pierres et de la terre. Durant leur jeu, l’un des enfants géants aurait jeté derrière lui les pierres et laissé devant lui un tas de terre. Les pierres sont Kata Tjuta et le tas de terre est Uluru.

P1040734 P1040744 P1040757 P1040763 P1040768 P1040774 P1040788

Après le déjeuner, nous parcourons avec le mini bus les quelques kilomètres qui séparent Kata Tjuta d’Uluru pour enfin visiter le Rocher. Nous marchons sur quelques mètres, à la base d’Uluru, de manière à approcher les dessins rupestres peints sur la paroi rocheuse par les aborigènes. Je découvre en même temps la vraie couleur d’Uluru : gris. Le rouge est en fait le résultat de l’oxydation des particules de fer contenues dans la roche. Après cette explication, Sasha nous rappelle à nouveau le caractère sacré du site. Nous devons donc ne pas photographier certaines parties du rocher ni pénétrer dans les zones indiquées ou bien grimper sur Uluru. Elle est stricte sur ce point. Toutefois, il y a quelque chose que je ne comprends pas. Si c’est aussi sacré que cela pourquoi les autorités du parc laissent en place une corde de sécurité afin d’aider les touristes à grimper sur le sommet du rocher ? Et pourquoi un panneau affiche des conseils sur l’ascension et des alertes  météo à destination de ces mêmes touristes ? Le business du tourisme serait-il plus fort que la sacralité du site et les croyances des aborigènes ?

P1040820 P1040824 P1040836 P1040828 P1040839 P1040846 P1040848

Le moment du coucher du soleil approchant, nous nous rendons sur l’aire d’observation où nous aurons une vue d’ensemble d’Uluru. Nous ne sommes évidemment pas les seuls, plusieurs cars arrivent les uns après les autres d’où descendent des touristes comme nous. A ceci près que certains ont droit à un buffet appétissant et à du Champagne.

Le soleil entame sa descente, le ciel dégage le dernier nuage et Uluru commence son festival de couleurs, des nuances de rouge au violet. On se dépêche de se prendre en photos afin de pérenniser à tout jamais ces instants magiques, qui sont si éphémères… Il est déjà temps de retourner au camp et de préparer le feu.

P1040863 P1040873 P1040875 P1040877 P1040879 P1040898

Comme la veille, Sasha prépare la nourriture, comme la veille nous sirotons une bonne bière mais cette fois-ci dans un silence recueilli. La soirée reprend ensuite rapidement son cours. Quelques notes jouées sur une guitare, Bénédicte qui s’entraine avec ses bolas pendant que la voie lactée fait son apparition.

P1040902 P1040910

Le réveil de ce dernier jour sera très matinal. Il faut faire vite pour être prêt à assister au lever du soleil sur Uluru. Mais contrairement à la veille, le ciel ce matin est chargé en nuages. Uluru nous offrira donc une image plus sombre que la veille ce qui n’est pas pour me déplaire car cela donne des images de toute beauté. Après cet intermède matinal, Sasha nous rappel que l’heure du départ pour Alice Springs approche mais que nous avons le temps de faire une dernière promenade le long du rocher. Qui sera vite expédiée en raison de la forte pluie qui s’est mise à tomber et qui nous offrira un dernier visage d’Uluru, plus méconnu.

P1040924 P1040926 P1040934 P1040948 P1040951

Sur le chemin du retour, nous nous arrêterons à une ferme de dromadaires qui offrira l’occasion à certains de notre groupe de s’initier aux joies de la monte sur ce sympathique animal et à Tom, the englishman, de vérifier le transit de Marcel :D

P1040967 P1040974 P1040977

Comments Pas de commentaire »

Cette bourgade de 27000 âmes, située en plein désert et quasiment au centre de l’Australie, est la base arrière pour explorer Uluru, le « coeur de l’Australie » - comme disent les brochures touristiques - du pays-continent.

Uluru, cet immense rocher (le plus grand du monde) est la raison d’être économique d’Alice Springs qui peut attirer 6 fois plus de touristes que d’habitants. Ce qui n’est pas le cas en ce moment. Quand je me suis promené dans la ville, aux environs de 18 heures, soit après la fermeture de la plupart des magasins, les rues étaient quasi désertes. Seulement quelques piétons et voitures circulent autour du supermarché encore ouvert, donnant un semblant d’activité à une ville ressemblant alors plus à une ville fantôme.

A ce constat s’ajoute une autre observation qui m’a vraiment attristé : la pauvreté et la clochardisation des aborigènes. Ils errent dans les rues ou se retrouvent en petits groupes sous les abris bus. Très souvent, ils sont saouls et se gueulent dessus. A Darwin où là aussi les aborigènes sont dans cet état, il m’est venu à l’esprit le mot de « zombie » quand j’ai croisé une ou deux personnes titubant, mal fagotées et surtout le regard vide. Ce sont des exceptions ? Non, c’est ça qui est terrible. Aujourd’hui, les aborigènes sont les fantômes d’eux-mêmes. Ils vivent soit dans leur communauté (ou réserve) pour préserver leur passé ou bien ils subsistent en ville avec leurs maigres allocations octroyées par le gouvernement australien.

Au début 2008, le Premier Ministre Australien a présenté ses excuses aux peuples aborigènes pour les torts qui leur ont été infligés. C’est un premier pas, mais vu le fossé séparant les premiers habitants de l’Australie et les descendants des britanniques, seul un pas de géant sera capable de le franchir. Juste quelques chiffres. Leur espérance de vie est 17 ans moindre que celle des australiens « blancs » et leur revenu moyen est d’environ 40% d’un non-aborigène.

Comments Pas de commentaire »

Brisbane est un arrêt que j’ai décidé un peu à la dernière minute et motivé pour des raisons de logistiques. Bien m’en a pris car cette ville est vraiment plaisante et intéressante. Elle est situé au bord d’un fleuve, possède 2 agréables parcs dont un qui est en parti une sorte de Paris plage permanent mais en nettement mieux et, enfin, est très ouverte sur la culture. Évidemment comme toute grande ville qui se respecte, elle a aussi un grand centre commercial. La présence de l’Université de Technologie du Queensland et de ses jeunes étudiants venus des quatre coins de la Terre contribuent aussi à l’animation de Brisbane.

P1040285 P1040278 P1040287 P1040297

P1040390 P1040388

C’est le genre de ville où il fait donc bon vivre. En tant que touriste, en prenant son temps, on peut s’occuper facilement une bonne semaine. Pour ma part, j’ai surtout passer mon temps à me balader en ville et à visiter les musées et galeries d’art, qui chose surprenante, sont non seulement relativement nombreux et surtout gratuit pour la plupart. Je suis allé au Museum of Brisbane qui présente des expos sur la culture et l’histoire de la ville et met aussi en avant des artistes locaux. Le Queensland Galery of Modern Art qui est le plus grand musée d’art moderne du pays. J’aime bien l’art moderne même si souvent je ne comprends pas grand chose aux œuvres qui sont présentées mais je me pose toujours la même question quand je visite ce genre d’endroit : pourquoi appelle-t-on art moderne des œuvres qui datent de plusieurs dizaines d’années ?

Le Queensland Museum, quant à lui, met en avant des animaux préhistoriques et contemporains ainsi que des espèces australiennes menacées. Mais ce qui m’a le plus touché est l’exposition sur les aborigènes. Des photos, des vidéos et des textes, racontent, un peu, de leur vie et surtout celle des enfants qui ont été enlevé à leur famille dans le cadre de la politique gouvernementale d’assimilation. Et en filigrane, on mesure les dégâts énormes provoqués par la colonisation anglaise de l’Australie sur des êtres souvent considérés comme des moins que rien. D’ailleurs, les aborigènes sont reconnus comme citoyens d’Australie et ont le droit de vote depuis… 1967.

La sortie que j’ai préférée est de loin la visite du Koala Sanctuary, à quelques kilomètres de Brisbane. En plus des koalas, on trouve bien sur des kangourous en semi-liberté, mais aussi des wombats, diables de Tasmanie, des oiseaux parfois étranges comme les casoars, des reptiles dont des crocodiles d’eau douce et le serpent le plus venimeux d’Australie, des moutons et une race de poules dont j’ignorais l’existence. Petites car courtes sur pattes, elles ont aussi la particularité d’avoir une crête qui m’a fait penser aux coupes de cheveux en vogue chez les chanteuses des années 80 comme Julie Pietri. D’ailleurs, leur chant m’a aussi fait penser à Julie Pietri…

Pour revenir aux koalas, le sanctuaire les sépare en petits groupe en fonction de leur age (« Maison de retraite ») ou de leur état (« Mamans koalas »). On peut aussi se faire photographier avec un koala dans ses bras mais ça fait tout de même un peu too much. Par contre, j’en ai caressé un et à ma grande surprise le contact est aussi doux qu’une peluche. Enfin, petit mot sur les kangourous, très appréciés des enfants, ils ne font pas « bong bong » quand ils sautent, contrairement à ce qu’on peut voir à la télé ;-)

P1040303 P1040321 P1040331 P1040313 P1040332 P1040334 P1040341 P1040344 P1040350 P1040353 P1040367 P1040364

Comments Pas de commentaire »

La veille, Warren, notre guide, nous avait informé que nous partirions tôt ce matin afin de nous rendre vers le nord de l’ile et de revenir avant que la marée ne soit trop haute et ne recouvre l’autoroute. Heu, je veux dire la plage. Nous prenons donc notre petit déjeuner à 6h30. Au menu, saucisses, bacon, œufs brouillés ou pas brouillés (d’ailleurs je me demande toujours ce que c’était sensé être vu la consistance bizarre), toasts, beurre, ketchup. Bref du copieux, du lourd. Et à la demande, du vegemite. C’est une sorte de pâte que les australiens étalent sur leurs tartines. Je pense très sérieusement que la teneur en sel de ce truc dépasse allègrement la concentration en sel d’une seule goutte d’eau de la mer morte. Il est conseillé d’en étaler une petite quantité. Je crois qu’il est surtout conseillé de ne pas en manger par respect pour le goût et pour la santé !

A 7h00, nous montons dans le bus, direction l’épave du Maheno. C’est un navire qui a été poussé sur la plage par un cyclone en 1935 alors qu’il se faisait remorquer vers un chantier de démantèlement au Japon. Aujourd’hui, il reste seulement la superstructure qui est en très mauvais état. Mais la vue de cette épave n’en demeure pas moins spectaculaire.

Photo du Maheno juste après son échouage.

Maheno

Le navire aujourd’hui

P1040096 P1040101 P1040076 P1040077 P1040084

Après avoir laissé atterrir un petit avion sur la plage, nous continuons vers le nord et faisons un stop aux Pinnades, falaises de sable colorées et site sacré pour les aborigènes. Il ne faut surtout pas trainer, alors go aux Champagne pools. Ce sont des cavités naturelles au bord de la mer et qui se remplissent au gré des vagues, formant ainsi des sortes de piscines. Pourquoi Champagne ? Je l’ignore. Bière pools me semble plus approprié mais ça fait moins chic.

P1040089 P1040103 P1040110 P1040122 P1040126 P1040134

Direction maintenant vers l’Indian Head, qui est un immense promontoire rocheux. D’après la légende, le Capitaine Cook, qui a découvert l’ile en mai 1770, aurait aperçu des indiens sur cet énorme rocher. En réalité, il s’agissait seulement d’aborigènes. Je pense surtout qu’il avait abusé de la bière… Quoiqu’il en soit, on a une superbe vue panoramique depuis le sommet de cette tête d’indien.

P1040151 P1040147 P1040154 P1040158 P1040162

La course continue. Avec toutefois ses petits ratés. Le bus a du ainsi faire 4 tentatives avant de passer un passage très sablonneux. Nous voilà donc à Eli Creek où coule une petite rivière peu profonde à l’eau cristalline. Pas de quoi fouetter un dingo. Enfin, dernier site, le lac McKenzie. Superbe lac aux eaux limpides et turquoises avec des plages de sable blanc. Par contre l’eau est fraiche mais ça ne nous a pas empêcher de nous baigner.

P1040174 P1040175 P1040176

Ça y est. C’est la fin de l’excursion. Mais deux jours, c’est vraiment court pour apprécier ce bijou de la nature.

Comments Pas de commentaire »

Conseil  Les utilisateurs d'Internet Explorer peuvent rencontrer des bugs d'affichage. Je vous conseille alors d'utiliser Firefox pour visualiser ce blog.